AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

« ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Arrivée à SF depuis : 28/07/2010
J'ai posté : 44
Localisation : un peu partout =P
Occupations : en supprimer un maximum, évidemment.
Humeur : excellente ; merci w&h !
Célébrité : jensen ackles.
© Credit : cristalline.


MY MAGIC BOOK
Camps: Bien
Pouvoirs:

MessageSujet: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. » Sam 31 Juil - 15:19

ces gens et leur don pour débarquer au bon moment ;
salomé et aphrodite et henry jr.
.
henry jr ▬ « je t'attendais pas pour si tôt, mais ça fait rien. tu m'pardonneras juste mon accoutrement, hein. »

Observant la totalité de son corps, le jeune homme fut pris d'une étrange honte ; comment est-ce qu'il avait osé ouvrir la porte, habillé comme ça ? Non, franch'ment ? D'accord, le tee-shirt « je suis un gentleman », c'était encore passable. Mais le short blanc aux petits cœurs rouge version Sims, c'était juste pas possible quoi ! Passant ses mains sur son visage, il se rendit enfin compte de la bourde qu'il venait de faire ; trop tard, sa réputation était anéanti quoi. Il aurait encore mieux fait de descendre avec un nounours, juste histoire d'être officiellement contrait de déménager. La honte !

Se décidant finalement à ne pas jouer les statues au beau milieu de l'entrée, henry junior releva la tête vers son amie et, tout en se mordillant la lèvre inférieur dans un léger sourire en coin, il plongea son regard dans celui de la blonde ; « la honte », criaient ses yeux. Allez, il s'en remettrait, fallait juste pas qu'il reste là à ne rien foutre, quoi. Réalisant alors son manque d'amabilité, il se pencha doucement vers la jeune femme et lui fit la bise, en guise de bonjour, comme l'aurait fait n'importe quel ami. Il s'empressa alors d'aller refermer la porte, jetant un œil par ci et là en priant secrètement pour que personne ne l'ai vu ; habillé comme ça, merci la réputation dans l'quartier ! D'un seul coup, alors, il se retourna et guida la jeune femme vers le salon, apparemment vide, pour une fois. En effet, c'était bizarre de ne voir personne dans le salon Halliwell ; le manoir était grand et plutôt bien remplie, ici les allers et venues étaient fréquents, c'était pas rare de croiser plus de dix personnes différentes en une seule journée, ici. Pourtant, là maintenant tout d'suite, il n'y avait personne. C'était souvent comme ça le samedi soir ; en fin d'après-midi, tout était vide. Pourtant, en début de soirée, là ça recommencerait, à rentrer et sortir, et puis ça durerait jusqu'au beau milieu de la nuit. C'était devenu tellement habituel qu'au final, c'était même plus gênant.

Le grand brun s'installa alors sur un fauteuil, invitant son amie à s'assoir sur le canapé juste en face de lui. Il lui avait dit de venir vers dix-neuf heures trente, il en était à peine dix-neuf. Le jeune souria de la situation ; il n'avait absolument rien préparé, il était lamentablement en mode « tout juste sorti du lit », et le film prévu pour leur soirée télé n'avait même pas encore été défini. Tant pis ; ils allaient préparer tout ça ensemble - bon sauf peut-être la partie habillage (x - de toute façon, ils avaient encore du temps.

henry jr ▬ « tu veux boire un truc ? »

Un charmant sourire aux lèvres, henry junior se releva et alors, invita la blonde à le suivre jusque dans la cuisine, où ils eurent le plaisir de découvrir.. Le bordel. Mais genre, le vrai bordel, pas un petit bordel qu'on range vite fait, nan plus. Plutôt genre, le gros dawa général ; y'en avait partout, des assiettes pas lavés aux couverts mal rangés, en passant par les plats qui ornaient la table. Et le summum du rangement ; la farine, le beurre, les œufs éparpillés sur la table, en mode préparation de gâteau pas fini. Ouais, parce que déjà le gâteau n'était pas fini, mais la préparation non plus. Le grand brun soupira en voyant un bordel pareil, il n'avait aucune idée de qui était responsable de tout ça, mais il ne se retiendrait pas de faire savoir qu'il n'était pas une femme de ménage. Bah quoi, après tout, c'était lui l'un des plus vieux de la famille. Et alors, tout en ouvrant le frigo, il se tourna vers la jeune femme.

henry jr ▬ « euuh.. Halliwell est une grande famille.. ordonnée. tu veux quoi ? j'ai du coca, du jus d'fruits.. De la bière ? »

Il souria de nouveau, devinant que la jeune fille ne choisirait pas son dernier choix. Et puis, une fois les boissons sorties, le jeune homme posa le tout sur le peu de table restant, il tendit sa boisson à Salomé tout en se dirigeant vers un placard d'où il sorti deux verres. Et puis, alors, au moment même où la blonde se retourna vers la fenêtre pour admirer la rue, comme ça, d'un coup, il fut pris d'une pulsion ; il sauta sur Salomé et lui mordit le cou se dirigeant vers elle, il prit une poignée de farine, comme ça, pour rire.

henry jr ▬ « Salomé ? .. »

Naturellement, la jeune femme se retourna vers lui et, à ce moment-là, il lui jeta le contenu de sa main à la gueule. Imaginez donc son étonnement, et puis peut-être aussi la couleur de ses cheveux, de son visage, et celle de ses vêtements. Le jeune homme ne put s'en empêcher ; il éclata de rire, certains, pourtant, qu'elle ne se laisserait pas faire. Il se recula alors rapidement, sentant proche le revers de médailles ; il ne savait pas ce qu'elle lui réservait, mais ça risquait de n'pas être très beau.. Tant pis, au mieux, il avait encore la farine pour se défendre. Au pire ? Les œufs n'étaient pas bien loin..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Age : 24
Vie depuis le : 26/04/1994
Arrivée à SF depuis : 23/07/2010
J'ai posté : 78
Célébrité : Scarlett Johansson ♥
© Credit : ©BABY GONE ; ©LILOU_59


MY MAGIC BOOK
Camps: Bien
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. » Dim 1 Aoû - 15:42

Salomé quitta son lieu de travail à dix-huit heures, ce jour-là. Elle n'avait qu'une envie, rentrer chez elle, prendre une bonne douche et passer la soirée avec Henry, et oublier le fait que l'un de ses employés avait failli faire couler la boite en un rien de temps. Heureusement qu'elle avait été là pour sauver les meubles ! Elle était donc légèrement sur les nerfs lorsqu'elle entra dans sa voiture noire. Elle mit le contact et s'engagea sur la route, tout en pensant à la petite soirée qui s'annonçait. Avec Henry, elle se sentait bien, il était drôle, et très beau, et elle qui aimait les hommes, elle était servi, il frôlait la perfection. Elle ne savait pas ce qu'il avait vraiment prévu pour ce soir, mais il lui semblait qu'il lui avait parlé de regarder un film. Ils avaient prévu cela depuis quelques jours déjà, et Salomé était pressée -bien plus qu'elle ne l'aurait voulu d'ailleurs- de le voir. Elle arriva sur Telegraph Hill en quelques minutes. Malgré l'heure, la circulation était encore assez dense, ce qui facilitait les déplacements.

Salomé s'enveloppa dans une serviette et sortit de la douche. Un frisson la parcourut, et alors elle passa une main sur le miroir pour enlever la vapeur qui s'y était attachée. Les cheveux ruisselants, elle les prit entre ses mains et les essora, faisant tomber des gouttes d'eau sur le sol. Ensuite, elle les enroula dans une serviette et sécha son corps humide. Elle se rendit ensuite dans sa chambre, où elle prit un jean et un débardeur noir. Elle était seule dans son grand appartement, mais ça ne la dérangeait pas, elle aimait la solitude, la liberté, et son indépendance, même si parfois, une certaine présence lui manquait. Enfilant ses habits, la jeune femme jeta un coup d'œil à son téléphone portable, posé sur la table du salon, regardant l'heure au passage. Il était dix-huit heures trente, et elle vit -avec soulagement- qu'elle n'avait aucun nouveau message. Elle bu un verre d'eau et retourna à la salle de bain, où elle sécha ses cheveux et les lissa. Elle mit son bracelet-montre à son poignet, ainsi que son bracelet en argent, puis des boucles d'oreilles et se maquilla légèrement. Salomé nettoya ensuite la salle de bain, où il semblait y avoir plus d'eau sur le sol que dans la douche, puis étendit les serviettes. A dix-huit heures cinquante-cinq, elle était prête, ce qui l'étonna un peu. Elle était vraiment en avance, mais elle décida de partir quand même. Si Henry n'était pas prêt, elle l'aiderait à préparer ce qui restait à faire.

Elle entra à nouveau dans sa voiture. Vous devez surement vous demander pourquoi elle prend toujours sa voiture, alors qu'elle a le pouvoir de se téléporter ? Et bien tout simplement parce qu'elle adore conduire, ce qui peut vous surprendre, surtout chez une femme. Mais elle, elle adorait vraiment les voitures, d'ailleurs elle en changeait lorsqu'elle le pouvait. Bien sur, comme elle ne parlait jamais vraiment beaucoup d'elle, de sa vie et surtout de ces passions secrètes, peu de personnes n'étaient au courant. Salomé arriva bien vite devant le manoir, et quelques images des jours précédents lui revinrent en tête. Elle discutant avec Aphrodite, de façon froide. Les retrouvailles ne s'étaient pas vraiment bien passées, à vrai dire... Secouant la tête pour laisser de côté tout ça, elle appuya sur la sonnette. Quelques secondes plus tard, on vint lui ouvrir, et elle du réunir tout son calme pour ne pas éclater de rire. Henry se tenait devant elle, avec un T-Shirt qui disait clairement les choses, et un caleçon avec des cœurs rouges. Un sourire amusé apparu malgré tout sur les lèvres de la blonde, tandis que Henry lui dit qu'il ne l'attendait pas si tôt, et qu'il lui demandait de lui pardonner sa tenue. «Je suis en avance, mais j'ai pensé que tu avais peut-être besoin d'aide. Oh... est ta tenue est très sexy !» Ils se firent la bise et elle lui fit un clin d'œil, toujours avec son sourire sur les lèvres. Se séduire était comme un jeu chez eux, depuis quelques temps. Ils se cherchaient sans vraiment vouloir avancer, mais ça amusait Salomé. Elle suivit Henry Jr dans le salon, où elle s'assit dans le fauteuil en face du jeune homme, qui lui demanda si elle voulait boire quelque chose. «Ouai je veux bien.» dit-elle, alors qu'avec un sourire charmant, Henry se leva et se dirigea vers la cuisine, où régnait un gros désordre. Encore une fois, elle se retint de rire, et taquina son ami. «Il à l'air presque bon !» fit-elle en désignant le prototype du gâteau que Henry devait surement préparé lorsqu'elle était arrivée. Le brun lui proposa du coca, du jus d'orange et... une bière. «Du jus d'orange ça me va !» Elle se dirigea alors vers la fenêtre, où elle regarda la rue. Le soleil se couchait au loin, et des personnes se promenaient encore sur les trottoirs. Machinalement, lorsque le jeune homme prononça son prénom, elle se tourna vers lui, croyant qu'il voulait lui donner son verre. Par contre, elle ne s'attendait pas à se retrouver maculé de farine. Elle resta bouche-bée, tandis qu'Henry s'éloignait, riant aux éclats. Elle le regarda, les yeux pétillants de malice, et jeta un rapide coup d'œil sur la table. Elle prit un œuf et se téléporta directement derrière le jeune homme, et elle écrasa l'œuf sur sa tête. Il ne fallait pas la chercher à ces jeux-là, ça pouvait devenir une vraie pagaille en un rien de temps, avec elle. Car dans le fond, elle était encore une grande enfant, et à chaque fois qu'il s'agissait de bataille, elle était de la partie. Avant qu'il ne riposte, elle se téléporta dans le salon. Ils allaient en mettre partout ! Tant pis, avec la magie, on pouvait tout arranger à coup de formules magiques, donc ce n'était rien. «Dans le saloooon !» cria t-elle alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
aphrodite Rosewood
SUPERWOMAN' ADMIN



Age : 23
Vie depuis le : 16/06/1995
Arrivée à SF depuis : 10/07/2010
J'ai posté : 349
Localisation : San Francisco
Humeur : Bonne !
Célébrité : Mischa Barton
© Credit : © Lanie/soparadis


MY MAGIC BOOK
Camps: Bien
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. » Dim 1 Aoû - 22:03


Dans l'art de passer une mauvaise journée, je crois pouvoir affirmer qu'Aphrodite est devenue professionnelle. Ou alors la malchance la poursuivait pour cette journée. La demoiselle se rendit compte de sa poisse à son second rendez-vous de la journée. Le premier n'étant pas non plus glorieux. Elle faisait partie de ces personnes ayant eu une multitude de relations « a courte durée », comme on dit, ayant passé d'innombrables nuits avec un type différent, pour au final rechercher quelque chose de nouveau. Oh non, pas non plus LE grand amour, mais quelque chose d'un peu plus sérieux et posé. Et il se trouve que c'était vachement plus dur à trouver. Le premier garçon était franchement mignon, le problème n'était vraiment pas physique. Mais il était ennuyeux à mourir. C'était ce qu'Aphrodite pensait, jusqu'au moment où il lui parla de son énorme collection de figurine de Schtroumpfs. Non non, vous n'avez pas rêvé, je parle bien de ces petites bêtes bleues. Et son second rendez-vous se passa aussi mal que le premier. Sur ce coup-là, le garçon n'était pas vraiment du style d'Aphrodite, physiquement. Mais qui sait. Elle pensait que ça ne pouvait vraiment pas être pire que le premier. Et elle avait tord, mais alors vraiment tord. Le second n'avait ni le physique, ni le caractère désiré par la demoiselle. Il était très très bavard (mais ce n'est pas encore ça le soucis principal). Et il ne parlait que de sa dernière rupture. Et de sa mère, aussi. D'après ce qu'elle avait pu comprendre, Elizabeth (l'ex-petite copine de cet homme) l'avait justement quitté parce qu'elle n'aimait pas être comparée à sa très chère maman. Après avoir passé plus qu'une heure à tenter de trouver quelque chose d'attirant chez ce garçon, Aphrodite lui conseilla gentiment de renouer les liens avec cette Elizabeth et laissa lamentablement cet homme en plan. Soit elle était beaucoup trop difficile, soit elle n'avait vraiment pas de chance pour aujourd'hui. Attendez, vous n'allez tout de même pas me dire qu'elle était difficile, avouez tout de même que les deux garçons étaient des cas spéciaux, non ?!
Troisième point qui faisait penser à Aphrodite que ce n'était pas son jour, une attaque de démon. Enfin, d'un démon. Encore heureux. C'est fou ça, ils sont vraiment inconscient eux. Oser attaquer des innocents (à supposer qu'Aphrodite était une innocente) alors que wildmore & hartington sont à leur apogée, c'était vraiment risqué. Depuis que l'organisation s'est faite un nom, il faut bien dire que la demoiselle a rarement croisé des démons. Ils préféraient se cacher, et c'était totalement légitime. Si elle était à leur place, Aphrodite ferait exactement comme la plupart d'entre eux, se trouver une bonne couverture et attendre patiemment que cette folie ne cesse. Bref, toujours est-il qu'un démon était plantée devant elle (en même temps, il n'est pas très prudent d'emprunter une petite ruelle bien sombre), avec un sourire malveillant. Il pensait effrayant Aphrodite, peut-être ? Allons, il ne lui suffisait que d'un mouvement pour le faire brûler en enfer. Il pensait faire le poids ? Cela dit en passant, la demoiselle ignorait totalement ses pouvoirs. Il était peut-être bien plus puissant qu'elle.
OUTCH. Une chose qu'Aphrodite devait apprendre à faire : se concentrer un peu plus. Non parce que pendant qu'elle était plantée là, à attendre une quelconque attaque du démon, un autre était derrière elle, et venait justement de lui ce qui devait être une boule d'énergie, vu la douleur qu'Aphrodite ressenti soudainement à son épaule droite. Elle en tira deux conclusions. Petit un : ce démon pouvait se dédoubler, ou avoir un clone, quelque chose comme ça. Petit deux : il ne savait pas viser. Parce que ce n'est pas une boule d'énergie à l'épaule qui allait la tuer. Lui faire mal, ça oui. A son grand malheur d'ailleurs. La demoiselle ferma un instant les yeux, essayant d'oublier la douleur pour utiliser son pouvoir contre eux. Une ou deux secondes plus tard, un jet de feu brûla les démons, qui, à l'évidence, ne pensait pas une seule seconde qu'Aphrodite était une sorcière.

La jeune femme aurait pu rentrer au manoir à pied, mais elle ne se voyait vraiment pas traverser le reste de San Francisco avec une blessure pareil à l'épaule. La téléportation était plus discret et plus rapide. C'est ainsi qu'elle apparut dans le salon du manoir. Hors, il n'était pas vide. Salomé était ici, la tête complètement farinée et elle semblait bien s'amuser. Heureusement qu'elle n'avait pas à cacher sa magie devant elle. La dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était il y a presque une semaine, et on ne peut pas dire qu'elles étaient en excellents termes. Pas ennemies non plus, mais plutôt distantes. « Tu préparais un gâteau peut-être ? » questionna la demoiselle sur le ton de l'humour, malgré la situation. Elle était fatiguée et ne comptait pas avoir une nouvelle discussion avec Salomé sur l'attitude qu'elle avait pu avoir en quittant tout il y a trois ans. Pas ce soir. Elle fut tout de même surprise de trouver la demoiselle ici même. Depuis quand connaissait-elle les Halliwell personnellement ? Aphrodite en oublia presque sa blessure. « Est qu'un Halliwell est dans le coin ? » demanda la jeune femme, même si la réponse était évidente. La question posée était plutôt : Où sont ils. Elle espérait vraiment qu'un ou qu'une demi être de lumière soit au Manoir, particulièrement Henry Junior étant donné qu'elle était plus proche de lui que les autres, afin de faire soigner sa blessure au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arrivée à SF depuis : 28/07/2010
J'ai posté : 44
Localisation : un peu partout =P
Occupations : en supprimer un maximum, évidemment.
Humeur : excellente ; merci w&h !
Célébrité : jensen ackles.
© Credit : cristalline.


MY MAGIC BOOK
Camps: Bien
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. » Jeu 5 Aoû - 20:10

Deux pas avaient suffit pour que le jeune homme se sente en sécurité ; peut-être n'aurait-il pas dû si sûr de lui. Oh non, il n'aurait pas dû avoir autant confiance ; à peine s'éloignait-il de la jeune blonde que déjà, allez savoir pourquoi ou comment, un œuf s'écrasait sur sa tête. Le jeune homme, d'abord étonné, dû avoir l'air surpris ; il fallait bien avouer que sur le coup, il s'attendait à tout... Sauf à ça. Seulement, quelques courtes secondes suffirent à illuminer ses yeux ; ne jamais sous-estimer une sorcière, aussi adorable soit-elle. Ça fini toujours par se retourner contre vous ; il aurait pourtant dû le savoir ! Mais précisément, à cette seconde, dans cette situation-là, oui, ça lui était sorti de la tête. Que la jeune femme pouvait se déplacer encore plus vite que son ombre. Qu'elle pouvait aller d'un endroit à un autre en un claquement de doigt, à peine. Qu'elle avait ce foutu don de téléportation. Elle l'avait vraiment eu, mais pas de soucis, il ne comptait pas se laisser faire. Et puis quoi encore ? La bataille était trop belle pour qu'il l'abandonne ainsi.

D'un seul geste, alors, il se retourna vers elle et, avant même qu'elle n'ait le temps de lui plonger ses yeux dans le regard amusé du jeune homme, il plaça sa main ouverte devant sa bouche et, d'un seul coup, lui souffla tout le contenu à la figure, derechef. Elle avait les œufs ? Soit, il garderait la farine. Il aurait vraiment espéré qu'elle prenne tout ça dans la face, d'ailleurs, il la voyait déjà, le visage enfariné, les cheveux tout blanc, riant aux éclats. Sauf que non, pas du tout. En fait, elle n'était déjà plus là. Et hop, deuxième fois qu'elle lui faisait ce truc, et à seulement quelques secondes d'intervalle, en plus ! Mais non, il n'avait toujours pas dit son dernier mot. Ça aurait été bien trop facile, pas vrai ? Lui aussi avait des pouvoirs, oh oui. Et bien qu'il n'ait pas pour habitude de se servir de certains au manoir - étant donné le nombre incalculable d'inconnus qui y trainaient parfois - il saurait s'en servir aujourd'hui puisque, de toute évidence, ce qu'elle faisait ressemblait à de la provocation. Il l'aurait, oh oui. Et avec de bien meilleurs atouts.

salomé ▬ « dans le saloooon ! » cria la jeune femme, ce qui eu le don de faire sourire le jeune Halliwell. Elle y était déjà, elle, dans le salon. Avec aucune ressource, qui plus est. Il allait la terrasser, prendre sa double revanche, cette fois. Des idées pleins la tête, le jeune homme se mit alors à remplir ses mains ; farine bien-sûr, œufs, mais, de toute évidence, c'était loin d'être terminé. Il se demanda alors comment il allait faire pour transporter autant de trucs avec seulement deux mains, mais bien vite, il réalisa que la réponse était juste devant lui et que, bien entendu, il ne se ferait pas prier, cette fois-ci. Salomé allait revenir par ici, il le savait bien. Raison de plus pour lui tendre un petit piège, dira-t-on.

Et, alors qu'il s'apprêtait à faire un truc vraiment dégueulasse - et au fond, c'était ça qu'était drôle - le jeune homme remplie le contenu de ses mains. Voilà, tout était prêt. Mais, alors qu'il était près à y aller, il lui sembla qu'il avait oublié un détail ; d'un seul coup, il déposa un yaourt sur le rebord de la table de la cuisine, mais de façon à ce que, même à partir du salon, il puisse l'attraper. Ça au moins, il était sûre qu'elle ne pouvait pas le faire ; c'était un des avantages d'être un enfant Halliwell, mélange d'être de lumière et de sorcière. Mais bref, tout était paré ; il était près à prendre sa revanche.

henry jr ▬ « tu vas morfler, » souffla-t-il. Il ne croyait pas si bien dire.

C'est là que tout commença alors. L'enchainement des actions fut pratiquement aussi rapide que l'éclair ; d'un seul coup, le jeune Halliwell se téléporta à son tour au beau milieu du salon et, de sa main vide, il attrapa un œuf et le jeta sur la première cible en vue ; mal visé, l'œuf explosa tout contre un tableau, derrière la jeune femme. Dans le feu de l'action, il attrapa les autres qu'il tenait fermement sur son autre bras et les lança presque simultanément ; il lui sembla que quelques uns atteignirent la cible voulue, mais rien ne fut moins sûr ; trop occupé à gérer son second corps qui, à présent, sortait de la cuisine, un grand verre de lait à la main, il le renversa sur le premier corps venu, et puis, à l'aide de son autre main, le second henry junior vida la poignée de farine au dessus de ce fameux corps. Finalement, le premier henry junior, celui du milieu de salon se retourna brusquement et, tout en faisant venir le yaourt posé sur le rebord de la table de la cuisine, il fit dériver la trajectoire de ce dernier sur la jeune femme. C'est à cet instant qu'il réalisa que quelque chose n'allait pas. Si un de ces corps avait atteint une cible, l'autre aussi, certes. Mais ce n'était pas la même. A moins que Salomé ait elle aussi le don de se dédoubler ? Le jeune homme baissa la tête ; il y avait bel et bien quatre personnes dans cette pièce, et bien qu'une était de trop, la dernière avait débarquée sans qu'il ne s'en aperçoive.

Se sentant décidément beaucoup trop con pour relever les yeux vers cette personne dont il ignorait encore l'identité, le jeune homme jugea bon de récupérer son corps initial et, d'un seul coup, il s'éclipsa et redevint une seule et même personne ; celle qui venait tout juste de sortir de la cuisine. Il put donc observer l'inconnue qui lui tournait le dos ; les dégâts étaient plutôt impressionnants, en fait. En effet, son dos était couvert de yaourt. Quand à ses cheveux, c'était presque pire ; noyés dans le lait et recouvert de farine, il lui était impossible de distinguer leur couleur originale. Il fit alors un pas en avant et, d'un seul, l'inconnue se retourna vers lui ; inconnue pas si inconnue que ça, c'est là qu'il put reconnaitre Aphrodite. C'était bizarre, mais derechef, il était comme coupé en deux. Sauf que là, c'était plus eumh.. Mentalement. D'abord, une partie de lui était soulagé que ce soit elle, ce pourquoi il soupira, d'ailleurs. Mais l'autre partie était tendue quant à sa réaction ; qu'allait-elle dire ? Malgré tout, il tenta le tout pour le tout ; foutu pour foutu..

henry jr ▬ « je maitrise pas encore très bien l'ubiquité.. Mais, tu veux nous aider ? à faire ce gâteau, j'veux dire. »

Tout en baissant lamentablement les yeux, il lui envoya un petit sourire en coin qui voulait simplement dire « s'il-te-plaît aph' de mon cœur, je n'veux pas mourir cramé. » Guettant alors une quelconque réaction, il releva doucement la tête et plongea un regard presque inquiet dans celui de Salomé. Allez hop ; les jeux sont fait, rien n'va plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Age : 24
Vie depuis le : 26/04/1994
Arrivée à SF depuis : 23/07/2010
J'ai posté : 78
Célébrité : Scarlett Johansson ♥
© Credit : ©BABY GONE ; ©LILOU_59


MY MAGIC BOOK
Camps: Bien
Pouvoirs:

MessageSujet: Re: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. » Ven 6 Aoû - 0:39

Lorsqu'elle était arrivée dans le salon, la jeune femme se rendit compte qu'elle n'avait pus de munitions pour contre-attaqué en cas de pluie d'œufs, et Henry, lui, était encore dans la cuisine, à mijoter une terrible vengeance, certainement. Alors qu'elle l'attendait, pliée de rire tellement le jeux était stupide -et il ne venait que de commencé- elle entendit la porte d'entrée claquer. Elle se tourna rapidement, se demandant si il n'était pas passé par là pour l'avoir par surprise. Mais non, c'était simplement Aphrodite qui rentrait, et qui était visiblement blessée au bras. Avec un certain sourire amusé, et après avoir analyser Salomé de haut en bas, elle lui demanda si elle préparait un gâteau, mais la jeune femme ne pu répondre, tellement elle avait mal aux côtes de rire. Aphrodite lui demanda alors si un Halliwell était là. Tournant ses yeux vers la porte de la cuisine, Salomé fut abasourdie de voir deux Henry Junior. « Y'en a deux même ! » cria Salomé alors qu'elle plongeait derrière le canapé pour éviter un œuf que le premier Henry lui balançait, et qui finit sa course, dans le tableau derrière elle. Une pluie d'œufs s'abattit près d'elle, dont un particulièrement costaud rebondi sur le mur et vint se casser sur le dos de la blonde, qui fit une grimace de dégoût. Salomé avait totalement oublié que le jeune homme avait le don d'ubiquité, c'est-à-dire qu'il pouvait être à deux endroits au même temps, tout comme lui avait omis le fait qu'elle pouvait se téléporter.

Passant légèrement la tête au dessus du canapé, Salomé eut la surprise d'assister à la futur mise à mort d'Henry. En effet, sous les yeux amusés de Salomé, il avait lancé tout le contenu de ce qu'il tenait dans les mains sur la première personne qu'il avait rencontré, pensant peut-être que c'était Salomé. Malheureusement pour elle, c'était Aphrodite. Bouche bée, la blonde regarda le verre de lait se renverser sur elle, puis la farine et enfin le yaourt. « T'es mort Henry ! » murmura t-elle pour elle même. C'était clair, Aphrodite ne serait vraiment pas contente, en plus elle était blessée alors c'était encore pire. Elle s'attendait surement, en entrant dans le manoir, a trouver Henry pour qu'il la guérisse, mais certainement pas à trouver Henry et Salomé se battant avec de la farine et des œufs. La sorcière blonde trouvait la situation vraiment amusante. Pour une fois que ce n'était pas elle qui prenait ! Elle avait bien eu de la chance sur ce coup-là !

Elle ne pouvait pas s'arrêter de rire, tandis qu'Aphrodite bouillonnait de rage et qu'Henry reprenait son corps d'origine. Il regardait Aphrodite avec des yeux interrogateurs, il ne semblait pas l'avoir reconnue. C'est seulement lorsqu'elle se tourna lentement vers lui qu'il sembla comprendre à qui il avait fait endurer tout ça. La jeune Carter mit une main devant sa bouche pour s'empêcher de rire, mais c'était très difficile, et malgré elle, quelques gloussements sortir tout de même de sa gorge. Si Aphrodite avait eu des mitraillettes à la place des yeux, elle aurait fait un carnage. Enfin, elle avait pire comme pouvoir... maitriser la pyrokinésie, ça pouvait faire très mal à qui s'y frottait. Salomé se sentait un peu stupide -même si tout cela n'était pas sa faute, enfin si elle n'avait pas été là, tout ça serait pas arrivé- car elle était déjà un peu en froid avec Aphrodite, alors là, ça allait carrément être pire. Elle jeta un coup d'œil à Henry, qui soupira et fit l'innocent. Il proposa à Aphrodite de faire le gâteau avec eux, l'air de rien, avant de baisser les yeux, comme un enfant qu'on aurait puni. Il plongea ensuite ses yeux inquiets dans ceux de Salomé, qui eux pétillaient de malice, et elle forma avec ses lèvres quatre petits mots, qu'Henry sembla comprendre. « Elle va te tuer. » Elle accompagna ses paroles par un geste. Elle mit sa main à l'horizontale contre son cou et la fit glisser, avant de faire laisser tomber sa tête et laisser pendre sa langue. Ce n'était pas vraiment drôle pour Aphrodite et Henry, mais elle ça l'amusait drôlement. Ce n'est que quand elle vit qu'Aphrodite l'avait vu faire le signe que ses yeux s'assombrirent quelques peu. Elle lui sourit, un peu gênée, comme une enfant, et lui dit, sur le ton de la plaisanterie. « Hum.. Aphro', on a pas envie de finir rôti comme des pauvres poulets. On voulait juste s'amuser un peu... » Elle haussa les bras, comme si elle n'y pouvait rien, et jeta un coup d'œil à Henry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. »

Revenir en haut Aller en bas

« ces gens et leur don pour débarquer au bon moment.. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed : Golden dark & magic sparks :: LE MANOIR HALLIWELL :: Rez de chaussée :: Le salon-